Concertation "Ambition numérique" et co-design d'un référentiel de transformation de l'ESR
Conseil national du numérique

A. Problem Analysis

 1. What was the problem before the implementation of the initiative?
La concertation “Ambition Numérique” organisée par le Conseil national du numérique, sur l’impulsion du gouvernement français, visait à répondre à un déficit de débat démocratique sur les différentes visions politiques des enjeux numériques.Traditionnellement, les enjeux numériques sont en effet appréhendés en matière d’accès aux infrastructures et de développement de l’économie numérique. La concertation avait pour objectif d’étendre les questions numériques à leur impact démocratique et social, et ainsi de mettre en perspective les différents choix de société rendus possibles par le numérique. Il s’agissait donc de sensibiliser la population aux impacts du numérique en matière d’accès à la santé, à l’éducation, ainsi que d’exercice des droits et libertés pour faire émerger un débat public sur l’avenir de nos sociétés à l’heure du numérique. Or, les questions numériques sont très souvent perçues comme des sujets techniques, et de fait confinées aux discussions entre experts ainsi qu’aux lobbies défendant leurs intérêts particuliers. L’enjeu était donc de démocratiser le débat autour du numérique en donnant aux citoyens des clés de lecture et des outils pour se saisir de ces sujets, exprimer leur vision et proposer des pistes d’action à destination des pouvoirs publics. Le lancement d’une concertation nationale sur le numérique s’est fait en réponse à une aspiration sociale croissante de penser les fondements d’une “République numérique” conforme aux principes de liberté, d’égalité et de fraternité. Près de 30 ans après la loi fondatrice “Informatique et libertés” qui affirme les droits des individus vis à vis de leurs données personnelles, et 10 ans après la “Loi pour la confiance de l'Économie numérique”, il y avait un véritable besoin de rénover le cadre juridique français pour permettre le développement d’une société plus équitable, solidaire et soutenable à l’heure d’Internet. La concertation “Ambition numérique” visait donc à construire une vision partagée des enjeux numériques, en faisant un diagnostic des problèmes et défis à relever, en remontant des retours d’expérience et en croisant différentes expertises de la société civile, de la recherche, des entreprises et des pouvoirs publics. Elle a permis de faire émerger une expertise transversale sur le numérique, jusqu’alors peu visible et valorisée.

B. Strategic Approach

 2. What was the solution?
La solution apportée par le Conseil national du numérique s’est organisée en trois phases, avec dans un premier temps la mise en place d’un important dispositif contributif, basé sur une plateforme de consultation en ligne, un cycle d’ateliers et une kit d’atelier Do It Yourself pour assurer leur réplicabilité (environ 70 ont été organisés en métropole et dans les DROM-COM). Les 20 000 contributions ainsi récoltées ont fait l’objet de 70 propositions, organisées autour de 4 thématiques, et ont été soumises au gouvernement pour qu’il élabore un projet de loi. Au terme d’un débat parlementaire riche et dynamique, la loi pour une République numérique a été promulguée à l’unanimité et couvre beaucoup des sujets de préoccupation des citoyens.

 3. How did the initiative solve the problem and improve people’s lives?
Avec le soutien du gouvernement français, le Conseil national du numérique (CNNum) s’est engagé à organiser et animer une concertation nationale sur le numérique pour alimenter la stratégie nationale de la France pour le numérique et l’élaboration de la Loi pour une République numérique. La démarche du CNNum visait en priorité à rendre les enjeux numériques intelligibles et accessibles à tous, et à demander aux citoyens comment le numérique pourrait améliorer leurs conditions de vie à partir de problématiques concrètes : par exemple, “comment faciliter l’accès à l’éducation pour tous avec le numérique ?”, “comment s’assurer que le développement de la e-santé participe à une meilleure couverture des besoins en santé ?” ou encore “quels nouveaux droits sur sur Internet ?”. Le dispositif contributif mis en place par le CNNum a eu pour effet de donner la voie au plus grande nombre pour définir collectivement des lignes directrices pour les politiques publiques numériques. Au cours d’une concertation de cinq mois, tous les acteurs de la société (citoyens, associations, chercheurs, entreprises, institutions publiques) ont identifié ensemble les défis à venir et proposé des pistes pour éclairer les pouvoirs publics. Cette démarche de consultation a permis de mobiliser la société civile sur les enjeux numériques et d’aboutir à des avancées sociales concrètes dans la loi pour une République numérique comme la reconnaissance d’un droit effectif d’accès à Internet et d’un droit à la portabilité de ces informations d’un service numérique à un autre. Par ailleurs, l’expérimentation “Ambition numérique” a montré que les initiatives de consultations citoyennes peuvent déboucher sur des résultats concrets au service de la société (loi, plan d’action) et accroître l’inclusion des publics les plus éloignés dans la prise de décision. En effet, l’intégration de tous les publics a été une préoccupation majeure du CNNum tout au long de la concertation “Ambition numérique”. Dans la continuité de ses recommandations sur “Citoyens d’une société numérique : accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir pour une nouvelle politique d’inclusion” (2013) et “Jules Ferry 3.0 : bâtir une école créative et juste dans un monde numérique ” (2014), le CNNum a mis en place plusieurs actions de médiation autour de la plateforme : organisation de journées débat dans les territoires, implication des acteurs locaux (association, écoles, collectivités territoriales) comme relais de sensibilisation. Pour amplifier cette dynamique contributive dans les territoires, le CNNum a mis à la disposition de tous un ensemble de ressources pédagogiques et méthodologiques pour aider les personnes intéressées à organiser leurs propres ateliers de discussion. Ce dispositif de médiation autour de la plateforme en ligne a permis de mobiliser plus de 5000 personnes en France métropolitaine et dans l’outre-mer.

C. Execution and Implementation

 4. In which ways is the initiative creative and innovative?
L’initiative du CNNum est une première en France en matière d’ouverture du processus de conception des politiques publiques. En effet, la loi numérique a été élaborée de manière collaborative avec les citoyens et les acteurs de la société civile, de sa genèse jusqu’à sa présentation devant le Parlement. De plus, la méthode utilisée est innovante et transparente puisque l’intégralité des contributions reçues via la plateforme ont été rendues publiques. Chaque consultation a fait l’objet d’une synthèse ouverte avec le lien vers chaque contribution pour assurer la traçabilité et la confiance des contributeurs (http://bit.ly/2n1QBvH). En outre, l’approche du Conseil, dans la structuration de la plateforme, prévoyait que toutes les contributions seraient mises sur un pied d’égalité, sans différence de traitement qu’elles soient issues par exemple d’entreprises ou du secteur associatif. La méthode a également modifié la façon dont les élus, les membres de l’exécutif et les représentants du secteur public ont l’habitude d’interagir avec les citoyens. En effet, nous avons pu attester de nombreux échanges et réponses, souvent personnalisées, de leur part avec les contributeurs, quel que soit leur statut, ainsi que l’apport au fil de l’eau de plusieurs éléments objectifs utiles au débat public. Pour assurer la pérennité de la démarche et la réplicabilité des ateliers contributifs, le CNNum a également élaboré un « kit » conçu pour être facilement réappropriable. Environ 70 ateliers partenaires ont ainsi été organisés en métropole et dans les DROM-COM. Enfin, la démarche, notamment par son aspect facilement évolutif et extensible, a attiré l’attention du gouvernement du Québec, de Tunisie, du partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) et le CNNum a été convié à en faire la présentation lors du sommet de Paris en décembre 2016.

 5. Who implemented the initiative and what is the size of the population affected by this initiative?
Le processus de consultation a permis de mobiliser 5000 participants sur la concertation Ambition numérique, et 21330 sur la consultation sur l’avant projet de loi. L’initiative a été coordonnée par le Conseil national du numérique est une commission consultative indépendante créé le 29 avril 2011. Il est composé de 30 membres bénévoles nommés par un décret du Président de la République, et un secrétariat général avec 10 rapporteurs permanents, contractuels du Ministère des Finances. Le CNNum a pour mission de formuler de manière indépendante et de rendre publics des avis et des recommandations sur toute question relative à l’impact du numérique sur la société et sur l’économie. À cette fin, il organise des concertations régulières, au niveau national et territorial, avec les élus, la société civile et le monde économique. Il peut être consulté par le Gouvernement sur tout projet de disposition législative ou réglementaire dans le domaine du numérique.
 6. How was the strategy implemented and what resources were mobilized?
La concertation nationale sur le numérique a été mise en oeuvre par le Conseil national du numérique d’octobre 2014 à juin 2015, sous l’impulsion du Premier ministre et la direction du Secrétariat d’Etat au numérique et du Secrétariat d’Etat à la modernisation de l’action publique. La coordination globale de la concertation a été assurée par les membres du CNNum, avec le soutien du secrétariat général, autour de trois étapes. Lors d’une première étape de préfiguration (juillet 2015 à septembre 2014), le CNNum a travaillé étroitement avec les pouvoirs publics pour délimiter le périmètre de la concertation et définir les principes méthodologiques. Il s’est associé avec des acteurs de la Civic tech pour créer une plateforme de débat en ligne et préparer les thèmes de débat. Une deuxième étape s’est ouverte en octobre 2014 avec le lancement officiel de la concertation “Ambition numérique” en présence du Premier ministre. Cet événement a été l’occasion d’inaugurer les débats en ligne sur la plateforme “https://contribuez.cnnumerique.fr”. D’octobre à février 2015, le CNNum mené des actions de mobilisation auprès des acteurs de la société civile, les institutions publiques, les communautés de recherche, les entreprises et fédérations professionnelles autour d’elle. Afin de garantir la fluidité et l’interactivité des échanges, le CNNum s’est fortement impliqué dans l’animation de la plateforme. Chaque semaine, des compte-rendus détaillés permettaient de suivre l’avancement des discussions, de faire un lien avec l’actualité et de mettre en valeur les propositions innovantes. En parallèle, le CNNum a mis en place des actions de médiation autour de la plateforme en ligne. Il a ainsi organisé quatre journées contributives à Lille, Strasbourg, Bordeaux et Nantes avec des ateliers de débat, et fait appel aux acteurs locaux pour présenter des projets numériques inspirants. Face à l’intérêt suscité auprès des acteurs de la société civile, et dans la volonté de rendre la démarche inclusive, le CNNum a développé des outils pédagogiques et un kit de ressources “Do It Yourself” librement réutilisables pour organiser son propre atelier. Suite à cette phase de débat, des synthèses des consultations ont été réalisées et ouvertes aux commentaires des citoyens en mars 2015. Sur la base de ces éléments, les membres du CNNum ont élaboré 70 recommandations en juin 2015 qu’il ont remis au gouvernement. Ces recommandations ont permis d’éclairer le gouvernement pour la préparation de l’avant projet de loi pour une République numérique. Une troisième étape s’est organisée autour de la consultation lancée par le gouvernement sur l’avant projet de loi. L’expérimentation du CNNum a en fait conforté le gouvernement sur la pertinence de faire contribuer les citoyens à l’écriture collaborative d’un projet d’intérêt général. De septembre à décembre 2015, le CNNum a suivi les débats sur l’avant-projet de loi et apporté son expertise sur des sujets précis à partir des remontées de la concertation “Ambition numérique”. Il a également éclairé les travaux parlementaires qui ont eu lieu sur le projet de loi. L’expérimentation “Ambition numérique” a donc fortement contribué à l’élaboration de la Loi pour une République Numérique qui a été adoptée par le Parlement en juillet 2016. Sur les cinq mois de la concertation (octobre à février 2015), le CNNum a ainsi mobilisé les 30 membres du Conseil, 10 rapporteurs permanents et un budget de 80 000€ issus de fonds publics. L’objectif de la démarche était de déployer des outils de concertation agiles, facilement réplicables et réappropriables par tous.

 7. Who were the stakeholders involved in the design of the initiative and in its implementation?
La concertation “Ambition numérique” est le résultat d’un forte impulsion politique de la part du Premier ministre, du Secrétariat d’Etat au numérique et du Secrétariat d’Etat à la modernisation de l’action publique. La mobilisation des administrations centrales (Etalab, Ministère de l’Economie, etc.), des autorités administratives indépendantes (Commission nationale Informatique et Libertés, Conseil d’Etat, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, etc.) et des collectivités territoriales a été facteur clé pour la réussite de l’initiative. Le Conseil national du numérique s’est ainsi fortement appuyé sur l’expertise des institutions publiques et l’engagement des associations, syndicats et fédérations professionnels, relais citoyens, grandes entreprises, PME et startups pour animer une dynamique nationale autour des enjeux numériques. La liste des contributeurs est disponible à l’adresse suivante : https://contribuez.cnnumerique.fr/participants. Afin d’organiser le déploiement de la concertation, le CNNum a sollicité l’expertise de Démocratie Ouverte pour élaborer la plateforme de débat, ainsi que de la startup Nod-A pour la conception du kit de ressources Do It Yourself.

 8. What were the most successful outputs and why was the initiative effective?
L’expérimentation « Ambition numérique » a fait l’objet d’une évaluation constante grâce notamment à la publication des chiffres et des synthèses à chaque étape du processus (préparation du sujet, lancement de la consultation, organisation des journées contributives, synthèse et rédaction du rapport, etc.). Un « hackathon » a également été organisé pour tester les conclusions de la concertation. Les résultats les plus significatifs du processus consultatif se sont articulés autour de 4 temps forts : l’élaboration de la stratégie numérique de la France (juin 2015), puis le plan d’action pour un gouvernement ouvert (juillet 2015), suivi de l’émergence d’un véritable débat parlementaire à l’Assemblée nationale (de janvier à septembre 2016), et enfin la promulgation de la loi République numérique (octobre 2016). La première reprise des conclusions de la concertation publique a été la stratégie numérique du Gouvernement rendue publique le 18 juin 2015. Cette stratégie ambitieuse, qui a guidé la politique du gouvernement en matière d’inclusion numérique notamment, s’est largement inspirée du rapport issu de la concertation publique – on y retrouve en outre les quatre grands axes d’actions et plusieurs des 70 recommandations du rapport. Afin de traduire les résultats de la consultation citoyenne en actions législatives concrètes, la stratégie et le rapport ont ensuite débouché sur un projet de loi numérique. Ce projet de loi a été dévoilé par le Gouvernement le 26 septembre 2015, et a fait l’objet d’une nouvelle concertation publique avant d’être présenté en Conseil des ministres le 9 décembre. Au terme de dizaines d’heures de débat et de 10 mois de travail parlementaire, l’avis positif des deux chambres a mené à l’adoption définitive du projet de loi le 28 septembre et à la promulgation de la loi le 7 octobre 2016. L’examen de ce texte, qui a aussi fait l’objet d’une étude d’impact, a été marqué par une très forte mobilisation des parlementaires : plus de 2 500 amendements ont été déposés et 9 commissions permanentes se sont saisies du projet de loi. L’expérimentation “Ambition numérique” a donc été à l’origine d’un texte de loi co-construit avec les citoyens et le CNNum s’est félicité des avancées qu’il comporte, sans trahir les contributions des citoyens (http://bit.ly/2ngYUzR). Parallèlement, le CNNum a été sollicité pour participer au plan d’action de la France pour un gouvernement ouvert qui a été publié en juillet 2015. Cette feuille de route découpée en 5 axes et 26 actions, qui ambitionne d’encourager les initiatives en matière d’eGovernment et d’open data, s’est en partie inspirée du deuxième volet du rapport Ambition numérique dédié à l’action publique. Enfin, l’année 2016 a vu le lancement d’une expérimentation grandeur nature, pilotée par le CNNum et le Secrétaire d’Etat en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour tester de nouvelles méthodes d’action publique sur le thème de la transformation de l’Université.

 9. What were the main obstacles encountered and how were they overcome?
Lors de la concertation, le CNNum a été confronté à l’enjeu de présenter les enjeux numériques de manière pédagogique pour les rendre compréhensibles et appropriables par tous. Afin de créer les conditions d’un débat national éclairé sur ces questions, le CNNum a élaboré plusieurs documents et des supports de vidéos pour expliquer les questions posées par le numérique en termes d’accès à l’emploi, de recours aux droits, de protection de la vie privée sur Internet, etc. Les membres du CNNum ont, en parallèle, mené des actions spécifiques sur l’éducation à l’heure du numérique pour sensibiliser dès le plus jeune âge à ces questions. Malgré ces initiatives, une difficulté a été d’oeuvrer à l’intégration de tous les publics au dispositif contributif pour s’assurer de la représentativité des participants. D’après l’enquête de satisfaction menée par le gouvernement, 70% des participants ont déclaré qu’ils votaient à toutes les élections, avec une sur-représentation d’hommes, issus de catégories socioprofessionnelles élevées, urbains et ayant un diplôme de l’enseignement supérieur. Afin de lutter contre ce biais de la représentation, le CNNum a mis en place des mesures spécifiques pour sensibiliser les populations les plus vulnérables et éloignés du numérique, telles que l’organisation d’ateliers en présentiel avec des acteurs locaux et un accompagnement méthodologique dans l’utilisation du kit de ressources. Une troisième difficulté a été de lutter contre les tentatives de contournement du dispositif contributif par les représentants d’intérêt. Ce risque d’une lobbyisation de la plateforme a été notamment présent lors des discussions portant sur les biens communs informationnels. Elle témoigne plus globalement des enjeux à transformer de manière durable les interactions et les processus de prise de décision publique pour aller vers plus de transparence et d’ouverture. L’expérimentation menée par le CNNum a permis de mettre en lumière le besoin de diffuser de nouvelles méthodes de travail au sein des administrations pour expertiser les contributions citoyennes et y apporter des réponses.

D. Impact and Sustainability

 10. What were the key benefits resulting from this initiative?
Avec la concertation “Ambition numérique”, les citoyens et les associations ont été pour la première fois associés à chaque étape de la construction de la loi pour une République numérique. Cette démarche a permis de donner la parole à des individus et organisations peu entendus sur les politiques numériques du fait de leur éloignement ou de leur faible maîtrise des enjeux numériques. Grâce à la traçabilité des contributions sur la plateforme et dans les synthèses des consultations, chaque participant a pu suivre l’évolution des débats et le devenir de ses propositions. Plusieurs propositions ont d’ailleurs été reprises des débats en ligne Aussi, la concertation a permis de déboucher sur un texte de loi qui pose des avancées sociales concrètes pour les citoyens, comme l’accélération de la couverture numérique du territoire, et l’instauration d’un droit au maintien de la connexion pour les personnes les plus démunies en cas de défaut de paiement. La loi République numérique incite également les régions et départements à développer une stratégie de développement des usages et services numériques qui permettra d’assurer une offre de services de médiation numérique de nature à répondre aux besoins identifiés d’accompagnement de la population dans l’utilisation des technologies et services numériques. De manière générale, le processus a permis de tester de nouveaux modes d’interaction entre l’administration et les citoyens pour aller vers une plus grande proximité et réactivité. Certaines administrations ont directement contribué sur la plateforme de débat pour apporter une expertise complémentaire et réagir aux interventions citoyennes.

 11. Did the initiative improve integrity and/or accountability in public service? (If applicable)
L’initiative Ambition numérique a eu 3 principaux effets en termes d’amélioration de l’intégrité des pouvoirs publics français. Tout d’abord dans sa méthode, puisque le CNNum s’est fait fort de garantir un haut niveau de transparence tout au long du processus de la concertation citoyenne. En effet, toutes les contributions reçues en ligne étaient restituées sur une plateforme ouverte, accessible à tous les citoyens disposant d’une connexion internet, et pouvaient être traçables. Ce mécanisme a permis de responsabiliser les contributeurs, citoyens, collectivités locales, associations, ainsi que les entreprises et groupes d’intérêts privés. A ce titre, le Conseil national du numérique s’est notamment assuré que les fédérations d’entreprises publient bien leurs avis sur la plateforme pour que l’ensemble des propositions puissent être soumises au débat public. Cette méthode, inédite en France, a depuis été réutilisée pour chaque sujet traité par le CNNum et pour lequel l’opinion du plus grand nombre est requise (ex : en novembre 2016 lors de la consultation publique sur le fichier des titres électroniques sécurisés). Ensuite, dans le contenu même des recommandations formulées par le Conseil la transparence de l’action publique occupe une place prioritaire, plus spécifiquement aux termes du volet 2 du rapport « Ambition numérique » qui s’intitule « Vers une nouvelle conception de l’action publique : ouverture, innovation, participation ». Quelques-unes des actions concrètes co-élaborées avec les parties prenantes (recommandation n°20 et suivantes) portent sur comment mettre le numérique au service d’une meilleure transparence de l’action publique. Le CNNum encourage en particulier la prise en compte de l’empreinte normative des lois, qui consiste à joindre à tout texte normatif la liste des personnes entendues et des contributions reçues dans le cadre de son élaboration, sa rédaction et son entrée en vigueur à l’échelle législative et réglementaire. D’autres solutions proposées par le Conseil sont la constitution d’un registre public unique et obligatoire des représentants d’intérêt, ainsi que la publication en open data des résultats des données d’évaluation. En termes d’application concrète, un amendement déposé par les parlementaires visait à la remise d’un rapport sur la nécessité d’instaurer une consultation publique en ligne sur tout projet de loi avant son dépôt au Parlement. De même, plusieurs dispositions issues de la consultation et relatives à la transparence de l’action publique se retrouvent aujourd’hui en droit positif, par le biais des articles 1 à 24 de la loi pour une République numérique. Enfin, la reprise des recommandations du volet 2 du rapport au sein de la stratégie française pour un gouvernement ouvert (« For a transparent and collaborative government: France national action plan 2015-2017 ») atteste de la qualité des débats initiés par le CNNum.

 12. Were special measures put in place to ensure that the initiative benefits women and girls and improves the situation of the poorest and most vulnerable? (If applicable)
Les enjeux d’inclusion sociale et de lutte contre les inégalités figurent parmi les priorités du Conseil national du numérique depuis sa création. Ces engagements se reflètent tant dans la composition du CNNum (paritaire, hétérogénéité des profils), que dans les travaux engagés depuis 2012. En effet, dans le cadre de son rapport Citoyens d’une société numérique, le CNNum a affirmé la nécessité de reconnaître un droit effectif d’accès à Internet et à ses ressources essentielles pour garantir l’inclusion de tous dans une société où le numérique est partout : dans l’accès aux soins, à l’éducation, au marché du travail, à la consommation de biens et services. Cette vision sociale de la transformation numérique se retrouve dans les sujets mis en consultation lors de l’expérimentation “Ambition numérique”. Au travers de la concertation, le CNNum a mis un accent particulier sur les domaines de l’éducation, de la santé, de la transformation de notre modèle social et des formes de solidarité sous l’effet du numérique. Cette approche a eu pour effet de sensibiliser les publics les plus vulnérables à la facilitation du recours aux droits par le numérique et à l’existence de nouveaux réseaux de solidarité. Plus encore, le CNNum a eu l’occasion de se positionner à plusieurs reprises sur la nécessité de faire de l’éducation au numérique une priorité pour nos sociétés. Cet engagement fort du CNNum en faveur de l’émergence d’une société apprenante à l’heure du numérique repose sur la conviction que la formation tout au long de la vie est nécessaire pour garantir la résilience de nos sociétés face aux transformations numériques. L’apprentissage du code dès le plus jeune âge est un levier d’intégration sociale et de réduction des inégalités de genre.

Contact Information

Institution Name:   Conseil national du numérique
Institution Type:   Public Authority  
Contact Person:   Yann Bonnet
Title:   Secrétaire Général  
Telephone/ Fax:   +33660585796
Institution's / Project's Website:  
E-mail:   yann.bonnet@cnnumerique.fr  
Address:   5 Place des Vins de France
Postal Code:   75012
City:   Paris
State/Province:  
Country:  

          Go Back

Print friendly Page
video porno.. brasileiros xxx xhamster