Rapport mondial sur le secteur public 2017

Le Rapport mondial sur le secteur public 2017 (WPSR 2017) examinera comment les gouvernements, les institutions publiques et l'administration publique peuvent favoriser des approches intégrées pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et des objectifs de développement durable (ODD). Le rapport examinera les principaux défis et opportunités pour les approches intégrées du point de vue de l'administration publique, en soulignant les expériences des dernières décennies, tant au niveau sectoriel que multisectoriel. Il examinera également comment les gouvernements à travers le monde ont pris en compte les liens entre les ODD, et les implications de ces liens pour l'administration publique et les institutions publiques. Le rapport vise donc à produire une analyse empirique globale de l'intégration des politiques pour les ODD au niveau national, et d’en tirer des leçons sur la manière dont les initiatives émergentes visant à favoriser le caractère intégré des politiques et des institutions pourraient à long terme bénéficier la réalisation des ODD dans différents contextes de développement et de gouvernance. Les arguments présentés dans le rapport seront illustrés par des exemples concrets concernant les ODD et leurs cibles, ou des groupes d’ODD. Le rapport sera construit autour de deux dimensions structurantes: en premier lieu, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les ODD comme un ensemble intégré et indivisible d'objectifs et de cibles; en deuxième lieu, le rôle du gouvernement et de la fonction publique, y compris l'aspect institutionnel, dans la promotion du développement durable.

 

Rapport mondial sur le secteur public de 2015

Une gouvernance publique réceptive et responsable

Le Rapport mondial sur le secteur public de 2015, intitulé “Une gouvernance publique réceptive et responsible” démontre la nécessité d'une gouvernance publique plus adaptée et responsable afin que l'Etat assure la mise en œuvre d'une vision collective du développement durable 2030. Les innovations sociales et techniques offrent une opportunité pour que le contrat social entre l'État et les citoyens s’oriente vers une gouvernance plus concertée, soutenue par des institutions publiques efficaces, efficientes, transparentes, responsables, inclusives, équitables et adaptées.

 

Rapport mondial sur le secteur public 2010

La Reconstruction d’une administration publique après un conflit

Le rapport mondial sur le secteur public de 2010 met en avant un enjeu de taille – comment reconstruire une administration publique dans un contexte d’après-conflit pour qu’elle puisse promouvoir le développement et la paix dans des pays touchés par la guerre civile et la destruction. Pendant des années, ce problème n’a jamais été abordé et a notamment apporté la pauvreté, la misère et le décès de beaucoup d’humains aux quatre coins du Monde. Le rapport montre qu’aucun progrès en faveur de la paix, du développement et de la protection des Droits de l’Homme ne peut être enclenché avant d’avoir une gouvernance, des institutions publiques, un leadership et des ressources humaines rétablies. Les citoyens font entièrement parti du processus de reconstruction à travers des mécanismes de participation décentralisés et la distribution de services publics fondamentaux. En d’autres termes, si les gouvernements tout juste établis ne sont pas en mesures d’apporter les services publics fondamentaux tels que la sûreté, la sécurité, la santé, l’éducation, des logements, un accès à l’eau courante, un système sanitaire et des possibilités d’emplois, une paix durable ne peut pas se construire. Le rapport met aussi l’accent sur ces services publics fondamentaux car les contextes d’après-conflits sont hétérogènes, une approche universelle n’existe pas pour répondre aux enjeux de gouvernance. Dans chaque pays, les réformes d’administration publique doivent être rédigées en fonction des besoins locaux. Enfin, le rapport insiste sur le fait que, contrairement aux idées reçues, les contextes d’après-conflits représentent un enjeu de taille, mais offrent aussi une opportunité intéressante de développer rapidement une administration publique en adoptant les nouvelles pratiques innovantes, notamment à travers l’utilisation des TIC au sein du gouvernement et de la distribution des services publics.

Rapport mondial sur le secteur public 2008

Chaque citoyen compte: L’engagement civique dans la gouvernance publique

Le Rapport mondial sur le secteur public de 2008: Chaque citoyen compte: L’engagement civique dans la gouvernance publique met en avant l’importance de l’engagement civique dans la gouvernance publique en s’appuyant sur plusieurs études de cas. Cela sert à démontrer que ces pratiques renforcent la gouvernance publique, la rendent plus transparente et responsable et notamment, rendent les résultats plus durables, justes et équitables. Le rapport insiste aussi sur les différents enjeux et précautions à prendre quant aux problèmes de rapports de force, de capacités institutionnelles des gouvernements ainsi que des différentes organisations de la société civile. Enfin, les enjeux et précautions à prendre concernent aussi les méthodes et stratégies les plus adéquates en fonction des conditions locales ainsi que d’autres facteurs essentiels pour l’introduction de pratiques pour le succès de l’engagement civique dans la gouvernance publique.

 

Rapport mondial sur le secteur public 2005

Discerner le potentiel humain pour la performance du secteur public

Le troisième Rapport mondial sur le secteur public a été publié en 2005. Établie sur les recommandations du Comité d’experts de l’administration publique des Nations Unies, la thématique de cette publication se concentre sur la gestion des ressources humaines. Plus précisément, le rapport explore comment discerner le potentiel humain pour améliorer la performance du secteur public. Le comité d’experts de l’administration publique des Nations unies, lors de sa seconde réunion en avril 2003, a insisté sur l’importance des capacités en ressources humaines comme étant une caractéristique majeure améliorant la qualité de l’administration publique. La complexité croissante du processus décisionnel et administratif ainsi que la nécessité d’acquérir des capacités en ressources humaines pour accompagner ces changements, compliquent la mise en œuvre d’objectifs et de stratégies nationales par les États Membres pour réduire la pauvreté et promouvoir un développement humain durable, comme souligné dans les Objectifs du millénaire pour le développement.

 

Rapport mondial sur le secteur public 2003

L’administration en ligne, à la croisée des chemins

Le Rapport mondial sur le secteur public de 2003 démontre que l’administration en ligne est un outil important dans la création de bien public. Le rapport inclu l’administration en ligne dans le contexte de la Déclaration du millénaire et revendique donc sa mise en place. Cette dernière encourage un environnement propice au développement humain et suggère qu’un tel environnement peut être conçu dans un effort de ‘world-making’. Le rapport aborde les cas distincts de participation électronique et de confidentialité. Ces thèmes sont abordés dans le cadre du message principal des TIC à savoir: les TIC seules n’aboutissent pas à un gouvernement différent, meilleur ou à une meilleure qualité de vie mais les réformes et les changements doivent être accompagnés des TIC lorsque le gouvernement enclenche des opérations en administration publique. La mise en place d’une administration publique, dans les prochaines années, devra se reposer, d’après le rapport, sur le développement d’un gouvernement interconnecté, la gestion de l’information et la création de connaissance.

 

Rapport mondial sur le secteur public 2001

L’État et la mondialisation, 2001

La mondialisation, bien que cela ne soit pas un nouveau phénomène, est un défi de taille pour tous les pays, qu’ils soient développés ou en développement, riche ou pauvre, petit ou grand. Qu’est-ce que la mondialisation? Comment affecte-t-elle le rôle et les fonctions de l’État-Nation? La mondialisation est-elle un phénomène positif ou négatif? Existe-t-il une définition universelle de son potentiel ou de ses coûts? Les sociétés bénéficient-elles toutes de la mondialisation? Les États sont-ils tous prêts de façon égale à saisir les opportunités que la mondialisation offre aux citoyens tout en minimisant ses effets négatifs? Comment peut-on reconcevoir les systèmes d’administration publique en fonction des changements prenant place au niveau global? Ce rapport, écrit en deux parties, essaie de répondre à ces questions ainsi qu’à d’autres questions essentielles de manière claire et objective. Le rapport est fondé sur des expériences observées et il est enrichi d’avis d’experts sur le sujet. La première partie aborde la mondialisation et l’État en cinq chapitres. La deuxième partie se concentre sur: Comment définir et mesurer la taille d’un État.